Cela faisait un an qu’elle vivait ici au sein de la famille du président de japon sur Saône. C’est avec les larmes dans les yeux qu’elle a quitté toutes les personnes qu’elle a côtoyée pendant son séjour et qui sont devenues des amis.

Je vous mets un article de Michel Poiriault paru sur Infos chalon il y a quelques temps:

Au terme d’une année principalement passée en France en général, et à Chalon en particulier, la toute jeune japonaise Namiko (étymologiquement : enfant de la vague) Kira est sur le point de plier bagage et de s’en retourner dans son pays. Le cœur en joie, avec des étoiles plein les yeux. Mais aussi avec un grand sentiment d’inachevé, et la tristesse chevillée au corps. Car quand on aime, on ne compte pas…la noria d’opportunités à se mettre sous la dent. On ne se refait pas !

NAMIKO (400 x 600).jpg
La France véhicule une belle image de marque


A seulement vingt-trois ans, Namiko compte à son actif deux visites en France. La première fois c’était il y a deux ans, et le séjour, en compagnie d’une amie, n’avait duré qu’une semaine. Bis repetita placent donc, l’appétit venant en mangeant. Mais cette fois en solo et beaucoup plus longuement pour donner libre cours à son féroce appétit de découvertes en tous genres. Issue du secteur de Nara (ancienne capitale de 710 à 784), la représentante du pays du Soleil-Levant a bénéficié d’un Visa Vacances Travail permettant à des ressortissants de certains pays de séjourner ailleurs en étant attributaires d’un permis de travail. Arrivée le 21 avril 2011, l’Asiatique ne regrette absolument pas son choix initial. « C’était super bien. J’adore la France, ses fromages, ses vins ; j’aime bien aussi Chalon. Mes compatriotes adorent aussi la France, ils  en rêvent même. La France est connue là-bas pour ses Beaux-Arts, son raffinement, la mode. C’est un joli pays. Au Japon, les gens sont toujours pressés. Aussi, ici, j’apprécie que les français soient cool. » Namiko n’a pas lambiné en chemin, courant après tout ce qui a un intérêt. Ainsi, les cités de Paris, Toulouse, Carcassonne, Lyon (elle y a même résidé un mois), Annecy, Nice, le Mont Saint-Michel…l’Allemagne également, figurent à son fourni tableau de chasse.Entre l’idée qu’elle se faisait de notre pays avant d’y mettre les pieds, et la réalité, existe-t-il un monde d’écart ? « Avant de venir, j’avais en tête l’architecture, la Tour Eiffel, les jolis châteaux, etc. Maintenant, je suis plus axée sur les personnes françaises. Elles sont plus simples que les Japonais. J’aime bien la façon française de réfléchir, les gens ne parlent que quand ils pensent. Les japonais pensent beaucoup, mais ne disent pas souvent directement ce qu’ils ressentent. Ils cachent leurs pensées. » Quant à ce qui lui fait éprouver une aversion, il faut la pousser dans ses retranchements. En vérité, ce sont les toilettes, lesquels lieux d’aisance sont très loin de soutenir la comparaison avec celles de sa lointaine contrée, véritablement high-tech ! Vous n’imaginez même pas à quel point ! Hébergée à Chalon chez Guy et Joëlle, des adhérents de l’association « Japon-sur-Saône », Namiko s’est sentie chez elle. Elle a, deux fois par semaine à partir du mois d’octobre, délivré des cours collectifs de japonais dans la Maison des associations, indépendamment des  cours particuliers. Elle-même aura réalisé durant sa villégiature de spectaculaires progrès dans la langue de Molière, rendant par conséquent au final les échanges avec ses hôtes nettement plus performants.


Elle n’a pas dit son dernier mot


Avant de quitter le sol de France le 15 avril, Namiko aura intégré à son palmarès un périple entamé le dimanche 1er avril, avec comme points de chute l’Italie et Prague. Après, il sera temps de retourner au bercail et de se replonger dans ses activités quotidiennes. Qui ne devraient pas être très éloignées, c’est tout le mal qu’on lui souhaite, d’un poste en rapport avec les enfants, qu’elle chérit. Nutritionniste-diététicienne suite à des études ad hoc, elle ne pourrait pas trouver meilleure situation lui correspondant que dans une école maternelle. C’est du moins son vœu le plus cher. Les ponts ne seront jamais coupés avec la France, puisque sur son île Namiko oeuvrera à distance en se laissant guider par ses états d’âme. Plus spécialement au sein de la branche japonaise de « Japon-sur-Saône » (une trentaine d’adhérents), ainsi que sur son blog où la jeune femme distille ses élans passionnels « made in France ». Soyez-en sûr, elle fera tout pour revenir une semaine. Alors, patience et longueur de temps…

Michel Poiriault


 

Personnellement, je garderai de Namiko sa joie de vivre, son enthousiasme démonstratif et sa gentillesse. (Elle m’a « légué » avant son départ ce qui lui restait de ses achats au temps apprivoisé!…..)

Une petite photo qui résume sa bonne humeur:

Si tu passes par là, Namiko , sache que ma petite famille serait très heureuse de te recevoir avec ta sœur Saori à l’occasion d’une autre visite en France…

Bon retour chez toi!

Et bonne journée à tous.



  1. marie on mercredi 18, 2012

    Que de beaux souvenirs, pour elle bien sur mais aussi pour tous ceux qu’elle a rencontré. Peut-être auras tu la chance de connaître son pays un jour… Je te le souhaite.

  2. Maryline on mercredi 18, 2012

    De bons moments partagés, des tonnes de souvenirs et une belle et rapide adaptation…..bon vent à elle. Bisous et bonne journée.

  3. Namiko on mercredi 18, 2012

    Merci beaucoup que vous avaez écrit votre blog sur moi ! Je suis pasée un super excellant moment avec vous en France ! J’ai montré mon scrap à ma famille. Ils m’ont dit que c’est super manifiaue !!! Vous faies vraiment comme professionnel. Je vous souhate que vous allez bien. il faut que vous veniez au Japon! bisous,


0